Inattendu, un éclat de lumière porté par le ruisseau s’invita dans la cuvette plastique de l’adolescent et commença à tourner en périphérie du flux d’eau boueuse. La pierre cristalline finit par freiner sa course, se lover dans les scories et paillettes d’or de la batée de Jean de Dieu qui en perdit l’usage du cœur, de la langue et même des tympans. Il en oublia l’eau qui s’engouffrait bouillonnante dans ses bottes. Seuls ses poumons sifflaient en vain une sorte d’orage muet, incapables de produire le symptôme minimum du bonheur, un cri.

♦♦♦

Les premières lignes d’un nouveau livre. A bientôt.

A.L.